Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

avec Mohamed Lamine KABA, Combattant résolument engagé dans la lutte pour une Afrique libérée des tutelles.

La géographie : une aubaine pour l'émergence de la Guinée

  1. Couvrant une superficie de 245.857 km2, le relief géographique varie allant du littoral de la basse altitude aux zones montagneuses atteignant dans certains endroits une altitude de plus de 1.500 m, la République de Guinée est particulièrement remarquable en Afrique de l’Ouest et de partout ailleurs dans le reste du monde par ses conditions physiques, sa configuration géologique, son immense réseau hydrographique, son importance pluviométrique, sa voie de navigation fluviale, s’étendant sur plus de 300 km en zone maritime et côtière riche en ressources halieutiques.
  2. Les richesses du sous-sol guinéen sont géologiquement diversifiées. La constitution en six (6) âges : (i) le tertiaire quaternaire, (ii) le mésozoïque, (iii) le paléozoïque, (iv) le néoprotozoïque, (v) le paléoprotozoique, (vi) le néo-archéen. Cette constitution explique bien le qualificatif « scandale géologique » attribué à la Guinée par les géologues et chercheurs français du temps inoubliable/mémorable dit « colonial ».
  3. Au plan hydrographique, le réseau est plus dense qu’un autre qualificatif est donné au pays : celui du « château d’eau de l’Afrique de l’Ouest ». Le pays est hydrographiquement arrosé par plus d’un millier de cours d’eau dont 24 internationaux. Les principaux cours d’eau (fleuves) qui coulent dans la sous-région ont pour la plupart leurs sources en Guinée : le Niger, le fleuve Sénégal, la Gambie, le Niandan, la Makona, le Diani (Mano river) sont de ceux-là au nombre plus important.
  4. Pluviométriquement, la hauteur d’eau annuelle tombée varie entre 1500 à 4000 m. Le climat est humide et chaud (type tropical) et régi par deux masses d’air de direction et d’influences opposées : l’une tropicale continentale donnant naissance au « harmattan » et l’autre tropicale maritime donnant naissance à la « mousson ».
  5. Un véritable levier pour la croissance économique et le développement endogène. Les nouvelles autorités guinéennes devraient pouvoir tirer profit de cette aubaine pour poser de véritables jalons de développement en Guinée.
  6. La Guinée a avant tout été une puissance agraire avant de mériter d’être une puissance minière. Fermer les mines en s’orientant vers l’agriculture serait de transiter du sous-développement à l’émergence du pays. Car, dans la vie, avant de penser à quoique ce soit, il faut avoir mangé d’abord. Il faudrait revitaliser le secteur de l’agriculture en revalorisant les surfaces agricoles utiles disponibles pour atteindre la souveraineté alimentaire, pilier fondamental d’un développement qui se veut harmonieux.
  7. Accédez à l'intégralité du réflexe ici
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article