Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

avec Mohamed Lamine KABA, Combattant résolument engagé dans la lutte pour une Afrique libérée des tutelles.

Lentille sur l'intégration régionale en Afrique de l'Ouest

QUELQUES ACTEURS DE L’INTEGRATION REGIONALE EN AFRIQUE DE L’OUEST

La problématique de l’intégration régionale en Afrique de l’Ouest est multidimensionnelle : politique, économique, sociale et culturelle. Pour, mieux cerner la politique de planification économique dans cet espace sous-régional, il conviendrait d’identifier les acteurs, d’analyser leurs rôles et responsabilités dans la dynamique du circuit économique de la communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) qui y est l’organe régulateur de la politique de l’Union Africaine en matière de l’intégration régionale. Ce sont :

1. Union Africaine

Ayant pour rôle et responsabilité de suivre et d’évaluer les projets, programmes et politiques d’intégration élaborés et mis en œuvre par les communautés économiques régionales, l’Union Africaine est l’actrice principale de l’intégration africaine. Elle doit à cet effet veiller à la conformité des institutions des CER qui en sont membres à l’agenda 2063 pour une Afrique mieux intégrée et émergente : application effective des principes de la gouvernance au niveau du continent.

2. CEDEAO

Actrice principale de l’intégration ouest africaine, la communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a pour rôle et responsabilité de coordonner les projets, programmes et politiques économiques de ses Etats membres et d’en assurer le suivi. Elle doit également veiller à la conformité des institutions de ses Etats membres aux siennes pour la poursuite des objectifs que s’est assignés l’Union Africaine : application effective des principes de la gouvernance au niveau de la sous-région.

3. Organisations de la société civile et Organisations de jeunesse

Une force de pressions pour la prise en compte des aspirations réelles des communautés, les organisations de la société civile et les organisations de jeunesse ont pour rôle et responsabilité de contrôler et de suivre l’exécution des projets, programmes et politiques publics en matière de développement communautaires. Elles doivent participer à l’élaboration et au suivi-évaluation de ces projets, programmes et politiques pour ainsi participer et veiller à la dynamique de la société et la réalisation de l’action publique : Contrôle effectif de l’action publique par le citoyen.

4. Institutions Internationales : Système des Nations Unies

Forces de pressions pour l’exercice du jeu démocratique et bailleurs de fonds pour la réalisation des projets de développement à travers le monde, les institutions internationales ont pour rôle et responsabilité de veiller à la stabilité des régions et pays que constituent la plante-terre. Elles veiller au respect de la démocratie et les principes de la gouvernance par les Etats du monde :

Application effective des principes de la démocratie et de la gouvernance.

5. Partenaires bi et multilatéraux et organismes d’aide au développement

Coopérateurs et collaborateurs des CER et des Etats, les partenaires bi et multilatéraux sont aussi des bailleurs de fonds qui accompagnent les communautés économiques régionales et les Etats dans l’élaboration, financement et l’exécution des projets, programmes et politiques de développement. Ils doivent veiller à l’exécution effective de ces projets, programmes et politiques de développement : Suivi-évaluation de l’exécution des projets, programmes et politiques des CER ainsi que les Etats.

6. Les populations ou communautés

Dans le processus d'une véritable intégration régionale, les populations ou communautés doivent s'inscrire dans la logique de changement de comportement en développement. C'est-à-dire un changement de mentalité : conscience sociale et communautaire.

En somme, à l’image de la fragmentation du continent, l’Afrique de l’Ouest est constituée de pays dont les marchés nationaux sont trop petits pour réaliser les économies d’échelles leur permettant d’avoir une croissance robuste et équitable capable de créer des emplois durables. Dans ces conditions, l’intégration économique régionale qui favorise la libre circulation des biens, des services, des personnes et des capitaux entre les marchés nationaux est essentielle pour atteindre les objectifs de croissance et de création d’emploi susmentionnés.

Mais la question de l’emploi-jeune en Afrique de l'Ouest se pose-t-elle aux Etats ou à d’autres institutions et structures privées ou alors aux initiatives individuelles ?

Trouvez les éléments de réponse ici

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article