Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

avec Mohamed Lamine KABA, Combattant résolument engagé dans la lutte pour une Afrique libérée des tutelles.

Paradigme de la géopolitique et de la géostratégie internationales

L’utilisation de l'arme nucléaire comme une force de dissuasion est une problématique à dimension planétaire qui a besoin d'une réponse planétaire bien coordonnée

Mohamed Lamine KABA

En guise d'introduction, disons que la problématique de l’utilisation de l'arme nucléaire comme une force de dissuasion est une problématique à dimension planétaire qui a besoin d'une réponse planétaire bien coordonnée. Pour ce faire, la force du discours est limitative. Il faut de l'action concrète allant dans le sens du désarmement des Etats et l'arrêt systématique de la production des armes à destruction massive.

Le renforcement de la diplomatie bi et multilatérale ainsi que le respect strict de l'humilité diplomatique tel que édicté dans la convention de vienne du 18 avril 1961[1] dans la résolution pacifique des différends est la meilleure option pour bâtir un monde pacifique et réconcilié en ses Etats.

La question de l’utilisation des armes nucléaires se pose-t-elle aux Etats ou à d’autres institutions ?

Poser une telle question, c’est aborder, en toile de fond, la problématique de l’arme nucléaire. C’est également accorder une extension au concept d’arme nucléaire en l’élargissant à toute intervention militaire, permettant un Etat les possibilités de se défendre et défendre ses intérêts dans une logique de dissuasion : supériorité militaire de dis-contraint.

Dans le cadre de cet article, nous tenterons dans un premier temps d’aborder les aspects politiques de l’application/utilisation des armes nucléaires dans les rapports internationaux (I), dans un second temps, nous ferons un descriptif des aspects économiques de l’utilisation de ces armes (II) et, dans un troisième temps, nous ferons un exposé détaillé sur les aspects sociaux de l’application desdites armes dans les relations internationales (III).[2]

A propos, la course aux armements dans les rapports mondiaux a toujours été l’une des caractéristiques de la scène internationale. Chose qui n’est pas sans effets sur la communauté internationale et ces effets sont d’ordre politique, économique et social.

1. Aspects politiques

Au plan politique, l’usage des armes nucléaires pourrait réduire au néant les avancées réalisées dans le cadre de la pacification des relations internationales. Le monde deviendrait alors de plus en plus violent et la guerre de tous contre tous (théorisée par Thomas Hobbes dans le ‘’Léviathan’’) finirait par déchirer le monde.

Nous assisterons ainsi à la remise en cause des acquis tels que :

  1. Le renforcement des institutions diplomatiques comme mécanismes d’alliance multilatérale pour la sécurité commune ;
  2. L’arbitrage comme mécanisme de résolution des différends et de pacification du monde ;
  3. La ratification comme expression de l’engagement des Etats dans une cause commune ;
  4. La généralisation de la lettre de créance comme humilité diplomatique ;
  5. L’intensification de la diplomatie multilatérale avec l’organisation des conférences internationales comme mécanisme de réglementation des différends et conflits ;
  6. La chancellerie capable de gérer les relations diplomatiques de manière continue et la solidification de la diplomatie ;
  7. La théorisation du droit des Etats comme alternance de la guerre ;
  8. La substitution du Général de corps par l’Ambassadeur dans la négociation ;
  9. L’adoption et respect des raisons d’Etat tel que théorisé par le Cardinal Richelieu ;
  10. La codification des relations diplomatiques internationales à travers la convention de 1975.

L’utilisation des armes nucléaires porteraient un coup dure à ces acquis et conduirait inévitablement l’humanité à la catastrophe multidimensionnelle.

2. Aspects économiques

Au plan économique, l’application des armes nucléaires dans les rapports internationaux porterait forcement préjudice au circuit économique mondial établi à travers les institutions internationales, notamment le Système des Nations Unies. Les relations économiques contrôlées et régulées par l’Organisation Internationale du Commerce seront vouées à l’échec plongeant ainsi l’humanité dans une logique de démondialisation dont les signes précurseurs ont été donnés par la pandémie à coronavirus qui ne cesse encore de sévir depuis presque quatre ans. D’une manière ou d’une autre, l’utilisation des armes nucléaires porterait préjudice aux substrats économiques qui sont : la production, la répartition et consommation.

3. Aspects sociaux

Au plan social, à la suite de l’utilisation des armes nucléaires, on assisterait à la remise en cause de la nécessité de réinvention de la citoyenneté mondiale. Les efforts jusque-là consentis dans la cadre de la pacification du monde se verraient vouées à l’échec avec comme conséquences directes la rupture brusque des relations internationales et le bouleversement des substratum sociaux. L’utilisation de la bombe atomique sur Nagasaki et Hiroshima au Japon en 1945 et ses conséquences politiques, économiques et sociales constituent une leçon douloureuse qu’on pourrait tirer de l’usage des armes nucléaires. Pour mieux comprendre les conséquences que pourrait avoir l’utilisation des armes nucléaires sur l’humanité, le livre intitulé ‘’ Terres de sang : L’Europe entre Hitler et Staline’’ de Timothy Snyder est illustratif : « Voici l'histoire d'un meurtre politique de masse". C'est par ses mots que Timothy Snyder entame le récit de la catastrophe au cours de laquelle, entre 1933 et 1945, 14 millions de civils, principalement des femmes, des enfants et des vieillards, ont été tués par l'Allemagne nazie et l'Union soviétique stalinienne. Tous l'ont été dans un même territoire, que l'auteur appelle les "terres de sang" et qui s'étend de la Pologne centrale à la Russie occidentale en passant par l'Ukraine, la Biélorussie et les pays Baltes. Plus de la moitié d'entre eux sont morts de faim. Deux des plus grands massacres de l'histoire - les famines préméditées par Staline, principalement en Ukraine, au début des années 1930, qui ont fait plus de 4 millions de morts, et l'affamement par Hitler de quelque 3 millions et demi de prisonniers de guerre soviétiques, au début des années 1940 - ont été perpétrés ainsi. Tous deux ont précédé l'Holocauste et, selon Timothy Snyder, aident à le comprendre. Les victimes des deux régimes ont laissé de nombreuses traces. Tombées après la guerre de l'autre côté du rideau de fer, elles sont restées dans l'oubli pendant plus de soixante ans et ne sont revenues au jour qu'à la faveur de la chute du communisme. Timothy Snyder en offre pour la première fois une synthèse si puissante qu'un nouveau chapitre de l'histoire de l'Europe paraît s'ouvrir avec lui. Ce faisant, il redonne humanité et dignité à ces millions de morts privés de sépultures et comme effacés du souvenir des vivants. Par sa démarche novatrice, centrée sur le territoire, son approche globale, la masse de langues mobilisées, de sources dépouillées, l'idée même que les morts ne s'additionnent pas, Timothy Snyder offre ici un grand livre d'histoire en même temps qu'une méditation sur l'écriture de l'histoire ».

Conclusion

Pour clore, retenons que le recours aux armes nucléaires comme force de dissuasion dans les situations de conflits est à déconseiller et doit être hors de question pour la paix et stabilité du monde. C’est une question de vie et de survie des espèces humaines, animales et végétales. Le renforcement de la diplomatie comme alternative de la guerre est la meilleure voie indiquée pour bâtir un monde pacifique et réconcilié en ses Etats.

Cependant, l’industrie de l’armement doit être soumise au strict respect convention de désarment pour assurer la pacification des relations internationales. Pour y arriver, nous recommandons fortement la réforme structurelle et institutionnelle de l’Organisation des Nations Unies afin de résoudre efficacement les questions de frustrations, de discriminations et du sentiment de domination qui pourraient conduire l’utilisation des armes nucléaires : l’inquiétude de l’usage de ces armes par la Russie en Ukraine est si grande que l’humanité toute entière perd le souffle.

Quel avenir pour la mondialisation à la suite de l’application des armes nucléaires ?

 

[1] Convention internationale sur les relations, privilèges et humilité diplomatiques, avril 1961 en Autriche.

[2] Usage de la force dans le jeu des relations internationales.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article